Blog

Ligier JS : une voiture pas comme les autres

Plus besoin de le préciser, la Ligier JS est une voiture sans permis qui évolue sans cesse. Toujours plus confortable, toujours plus performante. Il reste cependant une chose à éclaircir : ses origines. D’où vient ce nom ? A qui ou à quoi fait-il référence ? et pourquoi ? On vous dit tout à propos de ce modèle qui cache une longue histoire !

Au commencement, Guy Ligier

Orphelin à l’âge de 7 ans, Guy Ligier a longtemps bataillé pour gravir l’échelle sociale. D’abord boucher puis entrepreneur de travaux publics, le garçon a de l’énergie à revendre et c’est dans le sport qu’il va exprimer son plein potentiel.

La première étape fut le rugby. Il y apprend à encaisser les coups et… à les rendre. Il endosse le maillot de l’équipe de France B.

La seconde fut l’aviron. On lui enseigne le sens de l’effort et de l’endurance. Il est sacré Champion de France en 1947.

La troisième, la moto où il prend goût à la vitesse et à ses dangers. Il s’impose comme Champion de France Moto 500 cm3 en 1959 et 1960.

Et enfin, le sport automobile qui le passionnera jusqu’au dernier jour.

Dans les années 1960, le vichyssois va particulièrement marquer les compétitions de Formule 2 en remportant différents Grands Prix pour l’écurie Ford. Il accèdera également à la Formule 1 où il remportera les 12 Heures de Reims avec son ami Jo Schlesser.

Hommage à Jo Schlesser

En juillet 68, le Grand Prix de F1 à Grand-Couronne (Normandie) est marqué par la mort tragique du pilote français Jo Schlesser.

Pour Guy Ligier, ce drame est perçu comme un signal : il est en temps de tourner la page. Le pilote se retire de la compétition et se tourne vers la réalisation d’un rêve qui le liait à Schlesser : construire de « bonnes voitures ».

24 Heures du Mans, 1970. Une voiture floquée « JS1 » fait son apparition sur le circuit. Cette première conception, dont la dénomination JS n’est pas sans rappeler les initiales de son défunt coéquipier, est destinée tant à la piste qu’à la route. S’en suivront la JS2, la JS3… des déclinaisons qui continuent encore à ce jour. 

Les premières Ligier font leur entrée dans le championnat du monde de Formule 1 en 1976.

Vingt ans plus tard, le groupe avait déjà construit 20 types de voitures de Formule 1 et remporté un Grand Prix à neuf reprises.

 

En route vers les VSP

En 1992, Guy Ligier cède l'écurie à Flavio Briatore, directeur de Benetton Formula.

Entre-temps, l’entreprise Ligier a eu le temps de se développer et de fabriquer une large gamme de véhicules. Après les voitures de course, elle se tourne vers une série de véhicules de niche : la catégorie AM (cyclomoteurs, scooters et quadricycles légers). Vous l’aurez compris, la société s’est ainsi axée sur les quadricycles légers plus connus sous le nom de voitures sans permis.  

 

Apprenez-en plus sur nos VSP.

Ce site utilise des cookies

Nous utilisons des cookies pour assurer le bon fonctionnement du site. Vous pouvez consulter nos mentions légales et notre politique de confidentialité pour plus d'informations.